Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 16:16

Pensez à lire les épisodes précédents dans l'ordre afin de vous faire une véritable idée de notre périple et à vous abonner à ce blog pour ne pas rater les épisodes au moment de leur mise en ligne, et les photos qui les illustreront !!

Seuls les abonnés auront un accès facile aux épisodes bonus !

 

Après cette courte nuit entrecoupée par l'orage, nous revoilà sur la route, direction Vienne.

 

Petite pose sur une aire en bord de lac pour un joli panorama.

 

Ici photos : Photos : Photos ici.

 

Nous arrivons ensuite sur Vienne où notre désormais fidèle compagnon électronique, j'ai nommé GPS, nous indique le camping Wien West.

Nous arrivons donc là bas afin de nous installer avant d'entreprendre une première partie de notre tour de la ville.

Bonne nouvelle, ils ont un petit porte clé pour ma collection, et un gérant qui baragouine pas mal du tout le français et nous explique comment que ça marche.

 

Vienne, c'est mieux sans la voiture. En effet, pour 5€70, tu as un pass de 24h pour les transports en commun (bus, tram, métro). Par contre, pour les poilus, c'est différent. Non seulement, tu payes environ 1€ par trajet, mais en plus, nous ne l'avons su que plus tard, c'est chien muselé, et pas de la petite muselière. Pour être en règle, oublie tout de suite, jeune touriste inculte que tu es, la muselière en tissus d'entrainement de ton canin local. Ici, on parle d'un gros truc en métal, bien serré, bien englobant, bref, le truc qui fait que tes nounours y se mettent à faire peur aux petits nenfants, mais aussi aux gros baraqués, piercés et tatoués. Mais bon, c'est comme ça, faut bien s'y faire. Mais comme on n’allait pas racheter des muselières pour deux petits jours, on s'est dit qu'en disant, en cas de contrôle, qu'on était d'incultes touriste et qu’on ne savait pas, ça passerait. Au final, aucun contrôle, on ne sait donc pas si ça aurait été accepté.

 

Nous voilà donc partis pour explorer le centre viennois (pas celui au chocolat et à la crème fouettée).

Mais là, c'est encore le drame ! Parce que Djebel dans un escalator, c'est un ongle qui se tord. Ou plutôt qui se casse, qui s'arrache, et qui dans cette incroyable sauvagerie, fout du sang plein le métro, et fait que les touristes incultes que nous sommes, chiens pas encore muselés, car on ne savait pas, se font bien remarquer.

Première étape donc à vienne, c'est pas les monuments, c'est pharmacie (ici Apotheke). Et pour la trouver, on se gène pas : alpaguage de locaux, apostrophage de touristes français ou non, et même discutaillage avec la police locale car les employés municipaux ne parlaient pas un traitre mot de la langue de Shakespeare.

 

Après une première apotheke super sympa (et décorée super joliment tout de bois), nous essayons de trouver un véto. Introuvable, nous atterrissons dans une autre apotheke qui elle, arrive simplement à nous refiler un désinfectant (enfin, on pense) en poudre qu'il faudrait soit disant mettre dans la bouffe du chien (enfin, on pense aussi, car la pharmacienne parlait pas super bien anglais) et avec une notice en allemand, logique, donc incompréhensible. On part donc faire le tour de na ville avec un chien dont la patte meurtrie ne saigne néanmoins plus et qu'il semble poser correctement.

 

Nous y voyons de superbes monuments. Eglises, palais, musées, statues, fontaines, sculptures, ...

 

Photos ici : Photos : Ici photos.

 

Vienne, c'est un peu comme si à chaque coin de rue, il y avait un truc intéressant à voire et à photographier. Ici une façade, là un palais de l'empire, ou encore un parc. Bref, tout il est beau, tout il est surprenant, et on y reste jusqu'à la nuit tombée sans en avoir vu assez ; nuit qui offre en plus un nouveau regard sur les monuments richement éclairés, tant et si bien que l'on pourrait refaire encore le même parcours et y trouver un nouvel émerveillement.

 

Retour au camping, et nouveau drame en perspective ! Les douches sont mal foutues. Comme si les cuvettes pourries ne suffisaient pas ...

On essaye donc de se doucher sans faire prendre la douche aux habits et aux chaussures ! Puis on va au lit, pour une bonne nuit.

 

Le lendemain, c'est journée "vienne périphérie" avec le château de Schönbrunn et le belvédère. Si vous avez le temps, il parait également que le Prater vaut le détour, avec son parc, son zoo, et sa fête foraine permanente. Mais pour nous, s'aura été trop court pour tout faire, et nous vous conseillons 3 jours minimum pour ne faire que les "extérieurs" de vienne, sans les musées donc.

 

Alors pourquoi cela fut il trop court pour nous ? Déjà, le matin, nous décidâmes d'utiliser notre super génial ami GPS pour trouver un vétérinaire (car oui oui, il connait tous les vétos d'Europe le bougre !). Nous arrivons comme des fleurs, à 7h30 devant le premier véto, qui n'ouvre évidement, qu'à 9h selon ce que nous comprenons de son affichage.

Patientant jusqu'à 9h, nous ne voyons personne venir. Interpellation en règle d'un pauvre plombier de passage, afin qu'il nous traduise la devanture du docteur pour chiens. Et là, c'est un nouveau drame, un de plus : le vétérinaire n'est pas ouvert les mercredis et jeudis matins ... et nous sommes jeudi !

Dépités, nous demandons donc à GPSounet, son nouveau petit nom, de nous conduire au véto suivant. Sa mémoire trop remplie l'a trompé et nous a conduits à une ancienne gare. Nous testons donc le suivant, et là, magique, nous arrivons chez un véto au bon endroit, ouvert, et, miracle, disponible et dont la cliente dans la salle d'attente nous fait l'éloge dans un anglais aussi approximatif que celui que nous sommes capables de produire. Bref, c'est l'osmose parfaite et l'on se comprend parfaitement (ou presque ...).

 

Ledit vétérinaire s'occupe effectivement très bien de notre poilu, consciencieux, irréprochable sur son hygiène, et très sympathique pour nous expliquer en anglais (ou presque, il n'aura pas fallut être moins de deux pour tout comprendre) ce qu'il convient de faire.

Notre gros père hérite ainsi d'un très joli pansement enrobant toute sa patte arrière droite. Il nous prouve qu'il est super débrouille, en faisant un admirable claudiquement sur 3 patres avec une vitesse encore plus important que son rythme habituel.

 

Nous repartons donc à presque 11h du matin pour une "journée" de visites des monuments périphériques viennois.

 

Première visite, celle du château de Schönbrunn, LE château de vienne.

Et là, nouveau drame, un de plus ... Les chiens sont interdits, même dans le parc ! Commence donc pour votre serviteur, une course à travers ledit parc, pour tout voir, et tout photographier, le plus vite possible, afin que sa tendre moitié ne s'endorme pas trop longtemps (car oui oui, elle s'est endormie en l'attendant) devant le portail, telle une mendiante accompagnée de ses fidèles canidés tous aussi endormis.

Le château en lui même est assez beau, même s'il n'a rien de commun avec ce que nous connaissons en France, et que des chefs-d’œuvre comme Versailles ou Chambord n'ont selon nous rien à lui envier, loin s'en faut.

Les fontaines sont néanmoins très jolies, le parc boisé et irrigué avec de jolis bassins. Le jardin est bien fleuri et joliment entretenu et le parc, tout en hauteur, offre une vue imprenable sur la ville de vienne et ses monuments variés.

 

Photos ici : Photos : Ici photos.

 

A la sortie du château, que ma tendre moitié qui co-écrit ces lignes, n'a pas visitée aussi profondément (la flemme de grimper car le ventre trop creux), nous retournons en centre ville de vienne pour une pause repas typique avec du pain de là bas, de la bidoche (goûtue à souhait) et du bon fromage (tout aussi goûtu). Pour le dessert, une mega tablette milka de 300grammes (excusez nous du peu) pour la modique somme de 1€75 (quand je vous disais plus haut qu'on se fait enfler en France ...). Nos différentes expériences Milka nous ont permises de goûter au fourré aux noisettes entières et à la crème pralinée, Milka au daim (ça on a en France) et milka au lait type kinder (ça fait genre le kinder surprise, sans la surprise. Mais nous, on s'en fout de la surprise !! ^_^).

 

Ensuite, nous sommes repartis direction le quartier des ambassades, où nous avons pu constater que celle de France, sans aucun chauvinisme, est franchement la plus jolie avec ses moulures dorées, son super jardin et son bâtiment ornementé.

En face, petite pose près d'une statue métallique contemporaine qui faisait face à un monument plus ancien avec fontaine.

 

S'en est ensuite suivi une longue montée sous un soleil de plomb afin de voir un palais en bas du belvédère, puis le belvédère avec ses propres palais, jardins et fontaines. Là encore, une dramatique interdiction canine qui arrangea bien notre éclopé de service qui en avait drôlement marre de claudiquer sur 3 pattes.

 

Après toutes ces péripéties, nous nous offrîmes une nouvelle pause bien méritée, agrémentée d’une bonne coupe de glace et d'un petit coup à boire.

 

De retour au camping, après avoir croisé quelques français qui ont reconnu dans notre accent anglais notre provenance (étonnant quand même ... ^_^), nous sommes arrivé pour notre seconde nuit. Nous sommes alors tombé nez à nez avec un bus certifié "produit de Bretagne" (ce n'est pas une blague), abritant 35 jeunes de 15 à 17 ans qui faisaient 5 capitales européennes pour leurs vacances ! Un des animateur nous a demandé conseil sur quoi voir, et notre repas fût également l'occasion d'échanger avec d'autres français qui faisaient un voyage similaire mais avec des étapes différentes et avaient dans nos âges.

 

Le lendemain matin, nous choisirent de ne pas retourner à Vienne et de repartir directement pour notre "Chambre d'hôte" située non loin de Oberwart.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tytenite - dans Carnet de voyages
commenter cet article

commentaires